Chargement...
 

Rapport intermédiaire de coordination générale du projet PACTES, juin 2013


!! Veuillez décrire en détail les différentes activités menées à bien dans le cadre du Partenariat et les résultats atteints jusqu’à présent (par votre institution et vos partenaires) :

Rappel des Objectifs de résultats du projet

• Constituer une boîte à outils européenne de réponses disponibles et transférables. Chaque organisation-partenaire accueille les autres à tour de rôle pour partager son expertise sur des contenus thématiques substantiels et des méthodes de mise en dynamique collective : mutualisation des entreprises pour créer des emplois en temps partagé, circuits courts entre producteurs et consommateurs, éducation environnementale, entreprise sociale et solidarités, groupes de parole et appui aux chômeurs.
• Promouvoir la formation "entre pairs" au niveau européen. Les échanges relèvent du débat entre «praticiens experts» dont la contribution est autant théorique que pratique. Se rencontrer dans des espaces non formels entre adultes de milieux différents crée des conditions propices pour s'approprier des connaissances, consolider des analyses, s’inspirer en confiance de l’expérience des autres, inscrire des propositions dans le débat public européen et proposer comment infléchir positivement les politiques publiques sur la base d’exemples.
• Multiplier et exporter outils et méthodes dans d’autres contextes géographiques et économiques. La perspective à moyen terme est l’intégration de coopérations horizontales à des échelles territoriales plus vastes, la reconnaissance dans le droit commun.


3 rencontres transnationales réalisées entre octobre 2012 et juin 2013


Ces « Voyages Apprenants » sont les moments essentiels du travail collectif :
- partage des expériences de chacune des organisations associées sur place, la mutualisation et la formalisation collective des enseignements sont engagés pendant la durée du Voyage. Les écrits sont finalisés dans le mois qui suit, ainsi qu’une diffusion des résultats par chaque organisme partenaire dans son propre pays.

3-5 octobre 2012 France Chef-Boutonne? (Région Poitou-Charentes), 3 jours.
Thème : La mutualisation des entreprises pour la création d’activités : l’exemple des Groupements d’employeurs.
10 personnes présentes de 5 organisations partenaires de l’Allemagne, Italie, Luxembourg, UK-Ecosse (+ Portugal une invitée)
18 de l’organisation française accueillante (7) et autres membres des P’actes Européens (11)

28-30 janvier 2013 Irlande, Cloughjordan, (Région North Tipperary), Irlande, 3 jours.
Thème : Education environnementale, économie solidaire : l’exemple de l’Ecovillage et d’une Coop-ve ( Community Support Agriculture).
18 personnes de 5 organismes partenaires de l’Allemagne, dont France (5 personnes), Irlande, Luxembourg, UK-Ecosse (+ Portugal une personne invitée)
10 personnes d’Irlande, partenaires de l’organisation accueillante

7-9 avril 2013 Italie, Sesterzo/PLIP, Mestre (Région Vénétie), 3 jours
Thème : circuits courts entre producteurs et consommateurs: l’exemple des Groupements d’Achats Solidaires (Gruppi d’Acquisto Solidale)
18 personnes présentes des 6 organisations partenaires : Allemagne, France (6 personnes), Irlande, Italie, Luxembourg, UK-Ecosse. Une majorité de femmes pour la 1ère fois (11 sur 18)
4 personnes de l’organisation accueillante

• Le calendrier de réalisation des autres Voyages Apprenants est défini jusqu’au terme du programme
……………………………………

Résultats atteints: Consensus et mise en place des outils de travail du partenariat


Fiche-Outil français/anglais pour la préparation du Voyage Apprenant

Newsletter français/anglais de 4 pages, réalisée par l’organisation accueillante après chaque rencontre transnationale (les 2 premières sont réalisées)

Site internet du partenariat et de la plateforme-réseau P’actes Européens : Validation de la maquette du site (janvier 2013) tenant compte du fait que chaque organisation partenaire dispose déjà de son propre site.
Il remplit 3 fonctions : vitrine vers l’extérieur, espace collaboratif wiki, mémoire vivante d'une histoire qui s'écrit tous les jours.
Ouverture en février. Il est en phase test actuellement.

Outils d’évaluation:
- Questionnaire sur la compréhension du modèle d’action présenté et son utilité dans le contexte d’activité de chacun.
Selon vos observations et vos analyses : à quels besoins l’expérience essaye de répondre ; comment cela fonctionne ; quelle importance et quel rôle des différents partenaires ; quels types de difficulté à surmonter ; quels résultats ; ce modèle d’action pourrait-il être utile dans votre contexte, applicable, à quelles conditions.
- Questionnaire sur la rencontre elle-même
Un formulaire pour les participants apprenants: ce qui a bien marché, ce qui a été difficile, ce qui peut être amélioré.
Un formulaire détaillé pour les organisations partenaires

avec 4 rubriques d’évaluation:
Apprentissage: pertinence du sujet, apprentissage réalisé, utilité, impacts sur vos activités
Méthodes: structure de l’apprentissage, méthodes utilisées, compréhensibilité, convivialité)
Partenariats entre les organisations: degré du travail partenarial, connections vers de nouveaux partenariats, 3 choses que vous pouvez dire sur le travail en partenariat dans la réalisation de ce VA
Diffusion :perspectives concrètes envisageables, apprentissages reproductibles ou pas dans votre activité

Une liste des participants complétée à chaque rencontre.
Elle compte 54 inscrits à fin avril 2013.
Son objectif est de faciliter l’installation de relations actives entre les participants (organisateurs et apprenants) informés par mail des travaux et d’invitations à s’associerla diffusion des Newsletter
Des prises de contacts directes pour se sollliciter en confiance,
Dans la perspective de renforcer une « communauté de pratiques » entre des personnes qui partagent des valeurs de références communes et des objectifs couvergents.




Quelques éléments d’évaluation à mi-parcours


Bon taux de retour des questionnaires : de 12 à 15 sur 18 participants par rencontre (apprenants et organisations partenaires).

Première rencontre (oct 2012): Groupements d’employeurs, France

Extrait de la Newsletter n°1 : Qu’est-ce qu’un Groupement d’employeurs : Un outil légal, institué en France par une loi de 1985. Il permet à plusieurs entreprises de partager l’emploi de mêmes salariés. Tout particulièrement implanté en Poitou-Charentes?, ce modèle d’action est présent dans le secteur agricole, artisanal, associatif, industriel agroalimentaire. Il existe des centres de ressources dans plusieurs régions françaises. Un Centre européen de ressources a été mis en place, avec le soutien actif du CRGE et compte des membres dans différents pays d’Europe.

Témoignage de transfert d’une participante d’Allemagne: « En 2005, le CRGE de Poitiers décide l’aventure bilatérale et lance des coopérations avec un partenaire d’Allemagne. À l’usage, on s’est rendu compte qu’on avait une même approche politique, philosophique, technique. La confiance s’est vite installée. On a obtenu des moyens du Ministère de l’Agriculture, puis du Ministère du Travail. Le taux de chômage était élevé, la main d’oeuvre existait. Les portes étaient ouvertes pour les PME. Mais peu d’entreprises se sont engagées. Toute la législation est tournée vers l’intérim et il n’y a pas de loi.
Le démarrage a été le fait de pionniers. Aujourd’hui, la situation a changé: le problème c’est le manque de personnes qualifiées à tous les niveaux de production. Les entreprises se rendent compte qu’il faut offrir des avantages : intérêt du poste, polyvalence, carrière, formation, et pour cela s’entraider entre elles pour financer ces surcoûts. Ce sont des conditions favorables pour le développement des GE. Aujourd’hui il en existe 9 ».


Appréciation générale
• Convivialité et habitude de travailler ensemble
• Repères méthodologiques et communication ont été bien posés, quelques pistes intéressantes proposées
• La rencontre m'a permis de rencontrer les partenaires italiens pour la première fois
• Plus de discussions en petits groupes faciliteraient les relations

Méthode:
• 'Elle a permis de renforcer la confiance entre les partenaires
• La méthode a fait ses preuves de pertinence par rapport aux objectifs de PACTES
• Il est essentiel de travailler sur la formalisation de la méthodologie du Voyage Apprenant

Partenariat:
• Le groupe est très intéressant; de nombreux points communs dans la compréhension; un grand potentiel pour travailler convenablement et efficacement
• Le groupe a une grande connaissance du réseautage en économie solidaire. Ces nouvelles connexions aideront mon organisation à développer des projets

Diffusion:
2 Articles dans la presse régionale Poitou-Charentes?
• Un article publié dans la revue européenne du RIPESS (Réseau Intercontinental de Promotion de l’Economie sociale et Solidaire)


Dans quelle mesure ce que vous avez appris est reproductible dans votre pays?
• Ce modèle convient pour le Portugal et le cadre associatif adéquat est disponible, mais dans l’actuelle situation de crise, la plupart des employeurs ne feront pas l’effort en plus de payer le coût de cette option et font travailler au plus bas coût possible.
Depuis ce constat fait au mois d’octobre 2012, le Conseil Eeconomique et Social du Portugal a invité le CRGE (organisation accueillante du 1ier Voyage Apprenant), à une réunion de présentation de l’outil Groupement d’Employeurs (juin 2013) en présence de représentants des salariés et des employeurs.
• C’est à réfléchir pour l’insertion par l’activité économique : stages/prêts de main d’œuvre avec embauche à la clé ; un dialogue équilibré entre salariés et entreprises ; des accords négociés avec les chambres professionnelles et les instituts de formation continue. Cela reste à confirmer dans un contexte luxembourgeois
• Dans la période actuelle en Italie, je pense qu’il y a besoin de renouveler les formes de relations entre les entreprises et les travailleurs. Cela pourrait être une voie utile pour résoudre des problèmes aussi bien des travailleurs que des entreprises, et bien sûr aider les communautés locales

Deuxième rencontre (janvier 2013): Ecovillage de Cloughjordan, Irlande

Extrait de la Newsletter n°2 : La société coopérative : Sustainable Projects Ireland Ltd (SPIL) qui a développé l´écovillage, offre un nouveau modèle de régénération rurale durable.
L´écovillage est l´un des projets de développement qui génère le plus d´enthousiasme en Irlande, il est centré sur la résilience et la durabilité.
Ce qui attire les gens vers le SPIL ce n´est pas seulement l´intention de développer un environnement de vie sain et écologique, mais également un désir de promotion d´une façon de vivre qui démontre que l´économie solidaire est viable.

Apprentissage :
• Les présentations étaient claires et compréhensibles. Bonne vue d'ensemble des projets situés dans le contexte régional. Bon aperçu des défis et des problèmes.
• Le «comment ça fonctionne» est bien synthétisé dans l’une des réponses (Questionnaire contenu). Une coopérative a acheté une propriété (22 ha) auprès d’une petite localité en milieu rural, ayant en tête la création d’un écovillage. Ses membres ont commencé à bâtir leurs maisons selon un protocole mis d’accord entre eux. Ils essayent à présent de faire venir d’autres familles. Ce sont actuellement 60 membres réunis, des individus et des familles. En parallèle, certains d’entre eux, avec des personnes extérieures, ont créé une ferme pour produire les aliments pour toutes les familles engagées en embauchant des producteurs qui sont payés et en mobilisant le travail volontaire de beaucoup de gens (membres de la ferme, étudiants, woofers…). Une autre entreprise « We Create » a bâti un immeuble qui sera une petite pépinière d’entreprises et aussi un Fab-Lab? pour accueillir des activités économiques.
• Au fond, c’est la mise en place d’un système global de transition qui s’inspire du concept de résilience pour agir dans de nombreux domaines : habitat, communauté, alimentation, économie/emploi. C’est un fonctionnement démocratique, participatif ; chacun s’investit selon ses compétences et ses possibilités (financières, familiales…) C’est une mise en commun de compétences.

Méthode:
• L’ «open space» du soir était excellent, il a utilisé une bonne méthode pour entrer dans les détails grâce aux contacts des organisations de la région
• Méthodes variées avec visites de sites, travail en salle, rencontre avec d'autres
• La qualité de l’interprétariat a permis d’échanger en profondeur sur les notions et les valeurs partagées, avec des compréhensions différentes (communauté/community). Ceci a enclenché une dynamique de travail collective pour progresser vers des stratégies de transition de l’économie solidaire sur les 18 mois restant du partenariat.

Partenariat:
• Des échanges d'expériences et de nouvelles connexions faites
• Ouvert, dynamique et énergisant
• Bonne réflexion sur la manière d'intégrer l'apprentissage dans la communauté de pratiques.

Diffusion:
• CSB Network a ouvert une page sur son site web pour faire connaître le projet PACTES à ses membres et aux internautes avec les informations et les liens pour accéder aux informations
• Diffusion de la coordination générale des informations reçues lors de la réunion de l'Agence nationale Grundtvig sur les projets 2013 ; sur l’actualité de la préparation de la 5ème Rencontre Intercontinentale de l’Economie Sociale et Solidaire (TIPESS) qui aura ieu à Manille (Philippines) en octobre 2013

Dans quelle mesure ce que vous avez appris est reproductible dans votre pays?
• Beaucoup d'éco-villages et d’exemples d'initiatives similaires existent en Allemagne (près de Berlin et dans le Brandebourg). Les plus grands défis sont: l'intégration dans « l’ancienne » communauté, l'emploi, les moyens de subsistance. Il existe aussi des communautés coopératives de consommateurs en Allemagne.
• Il existe des éco-villages (Findhorn, Owenstown), moins de Community Supported Agriculture en Ecosse, mais Camphill est très fort dans certaines parties de l'Ecosse
• Le modèle n'est pas directement transférable en France. Il faut d’abord s’accorder sur le concept : par exemple « communauté n'est pas « community ». Les imaginaires liés aux actions ne sont pas les mêmes.
• Les valeurs et méthodes de collaboration de Cloughjordan pourraient être développées et transférées. C’est un prototype utile pour nous tous en Europe
• Le marché du logement au Luxembourg est trop fermé et trop cher pour ce type de projet mutualisé


Troisième rencontre (avril 2013): Groupements d’achats solidaires, Italie

Points clés: Extrait du rapport préparé par le partenaire d’Ecosse (traduit de l’anglais)Rapport CBSNetwork(external link)
La PLIP est un acronyme basé sur son ancienne activité de coopérative de production de lait. Le maintien du nom conserve l'esprit de la communauté en vie.
Le Conseil municipal de Venise a adopté l'Agenda 21 en 1996. En 2005, une initiative "cambieresti" (changeriez-vous?) a été lancée pour introduire les concepts de durabilité et de croissance. 247, 000 € ont financé un projet de 18 mois impliquant 1.200 familles vers de nouveaux comportements. En 2006, le Conseil a alloué un budget pour l'"Altraeconomia" (l'économie alternative) et la PLIP a reçu 150, 000 € pour participer à ce projet commun.
En 2008, l'AERES a été créée pour développer un réseau de l'économie solidaire - il est le seul en Italie. En 2010, Sesterzo a été constituée : c'est une coopérative qui réunit les microréseaux des organisations participant à l'économie alternative, avec le soutien de l'AERES.
PLIP est une plaque tournante pour l'activité et 'entrepreneuriat social. Avec la conviction que le changement est possible à travers des réseaux ouverts et des processus participatifs. PLIP fonctionne avec le soutien financier de l’autorité locale qui prend en charge le loyer et les services publics. 6 personnes sont rémunérées et environ 15 bénévoles. 80% de ses revenus sont générés par le restaurant, 20% par la location d'espace à des organisations pour se réunir.
Principaux projets réunis dans le micro-réseau: Oltre Scuola - après l'école et une focalisation sur une nouvelle vague d'éducation moins formelle ; Strada facendo - street art destiné aux jeunes adultes et la promotion de la citoyenneté ; Mappa di Comunità per Mestre - un projet anthropologique en collaboration avec l'université de Padoue pour créer une charte de la communauté et l'analyse de l'économie solidaire de Mestre ; Da Libro nasce Libro (Du Livre naît le Livre), la vente de livres (donnés) est reversée pourl’cgat de livres scolaires pour les enfants migrants. L'Osteria bio-solidale est un restaurant solidaire Bio utilisant des produits issus du commerce équitable, du recyclage (palettes de bois pour les tables, bouteilles pour fabriquer les verres etc)
Rita Nardo a été invitée à rencontrer le groupe européen: Basée à Venise, son travail consiste à faire du lobbying à Bruxelles sur les questions autour de l'inclusion et de la pauvreté.
Elle a parlé de son intérêt à faire le lien entre la politique de haut niveau et les enjeux locaux dans la région Vénétie. Elle a souligné son engagement à utiliser ses contacts pour aider les gens à construire des partenariats pour réaliser des projets financés. Elle a ensuite écouté les réactions des groupes et voulu en savoir plus sur le programme Pactes.

Apprentissage ...
• Bon exemple d'un lieu commun où l'économie solidaire peut organiser des activités, partager ses expériences et coopérer.
• La PLIP n’existe pas depuis longtemps. C’est un stade trop précoce pour obtenir la distance suffisante pour l’expliquer aux autres.
• Une préparation insuffisante et l’absence d’un bon interprétariat ont fait perdre l’opportunité de mieux comprendre les GAS.
• La difficulté a été accrûe du fait que la rencontre se déroulait en 3 langues : l’italien s’ajoutant aux 2 langues d’échanges du programme et posait des problèmes de financements à l’organisation

Méthode:
• Le fait que la rencontre se déroule dans l’ancienne laiterie réhabilitée a permis d’observer l’intensité et la diversité de la vie de la PLIP
• Les travaux en petits groupes ont été très intéressants et productifs
• Pour moi, c’est très intéressant qu’il y ait un Système d’Echange Local à la PLIP. C’est très porteur pour des organisations civiques, particulièrement des organisations communautaires

Partenariat :
• Je sais beaucoup plus de choses sur les GAS, sur OPE au Luxembourg et ses défis. J’envisage d’améliorer mes connections surtout avec l'Italie, l’Écosse et le Luxembourg

Diffusion:
2 articles publiés dans la Lettre du RIPESS Europe mars 20213

Dans quelle mesure ce que vous avez appris est reproductible dans votre pays?
• Les GAS existent déjà en Allemagne, et en Ecosse
• En France (ADEPES, Région Midi-Pyrénées), ce serait utile car nous sommes en train de construire un « Pôle territorial de coopération économique » (PTCE). La gestion ; le modèle économique ; le lien aux territoires (citoyenneté) et le modèle de la PLIP sont à partager avec nos partenaires locaux ; le parallèle de la banque du temps avec les Systèmes d’Echanges Locaux ; un grand moment d’échange sur notre projet de consommation responsable autour des GAS est à organiser
• Oui, c’est transposable. Il faut trouver le bon lieu et la bonne histoire, ce sont de belles histoires humaines (condition générale du transfert /et singularité de chaque réalisation!)
• La banque du temps et les GAS sont de bons exemples à réfléchir pour les appliquer au Luxembourg


!!Décision prise lors du 3ème Voyage Apprenant :

Quelle organisation, quelles valeurs, quelles stratégies pour la transition ? Comment définir et concrétiser cette perspective dans le cadre de la communauté de pratiques que nous formons pour les 18 mois à venir ?

Il existe de multiples interprétations des termes : communauté, organisations de l’économie sociale, économie solidaire, alternative, etc. Il existe néanmoins des valeurs et des principes communs. Il est nécessaire de bien se comprendre pour porter des propositions ensemble et construire la confiance.
La suite des rencontres servira à valider l’inscription des résultats des réflexions dans le calendrier 2013-2014 pour servir à faire avancer nos convictions et nos réalisations dans un projet à partager avec d'autres.
Un document de travail est accessible sur le nouveau site en français et en anglais avec une documentation disponible et téléchargeable, dans le programme Grundtvig

Une consultation du groupe est ouverte jusqu’à la mi-septembre afin de
• produire un texte court avant la rencontre d’Edinburgh
• Partager des documents par des liens pour permettre à tous de les consulter
• Partenaires et apprenants préparent des récits d’exemples concrets
• CBS Network qui nous accueille du 18 au 20 septembre facilitera la discussion pour valider les résultats et faire avancer la dynamique.
• Inscrire ce travail dans un calendrier de promotion des résultats
Les contributions personnelles et des documents à partager à l'aide d'un framapad

……………………………………….

Autres résultats, hors calendrier des Rencontres transnationales :


L’Université de Haute Alsace a fait appel à Martine Theveniaut, coordinatrice des P’actes Européens pour organiser un Voyage Apprenant pour une délégation de 17 étudiants en Master d’Economie Sociale et Solidaire et Développement durable (Spécialité Ingénierie de projet). Réalisé en janvier 2013 à Mamers dans la Sarthe (Région Pays de la Loire) sur une durée de 5 jours
Lieu : un Café associatif engagé dans un projet de transition alimentaire avec la Ville et la Région.
L’évaluation conclusion a confirmé la pertinence de cet outil de formation « entre pairs » et l’inscrit dans le cursus académique du Master pour les années à venir.

Le projet Grundvig PACTES a été repéré par le Comité des Régions européennes (invitation à une réunion en février 2013, en tant que « porteur d’intérêts »).
2 exemples : les GAS en Italie et la restauration collective interculturelle à Berlin (Voyage Apprenant programmé en juin 2014) ont donné lieu à des panneaux d’exposition lors de la réunion de la Plateforme européenne de suivi de la stratégie 2020 du CdR, consacrée à préparer un bilan à mi-parcours pour 2014 e des propositions.

Participations au mouvement social
L’approche méthodologique et citoyenne des « pactes locaux » européens a été invitée à participer
- à un Atelier lors du Forum Social Européen de Florence en novembre 2012 ;
- au Forum Social Mondial à Tunis en mars 2013 ;
- Rencontres Inter Universitaires de l’ESS Angers en juin 2013

Une candidature « Projets citoyens » (Mesure 2.1) a été déposée le 1ier juin 2013
Le projet est intitulé DÉMOCLÉ (Démocratie-et-Citoyenneté depuis le Local jusqu'à l'Europe).
Leprojet PACTES annonçait que "des moyens seront recherchés pour organiser une restitution publique des résultats, du Partenariats éducatifs GRUNDTVIG (contenus et méthodologies participatives) en 2014 à la fin du cycle de réalisation des Voyages Apprenants ». Une démarche active a été entreprise dans ce sens
Courte description : Les partenaires associés au Projet Citoyen considèrent la participation active comme un investissement social qui prépare l’avenir. Leur expérience témoigne du fait que ces activités créent des opportunités de participation active pour mieux répondre aux problèmes cruciaux de nos sociétés : multiplicité des formes d'exclusions, désinvestissement démocratique, crise environnementale.
Ils ont acquis une expertise à l’usage sur différents thèmes essentiels pour reconstruire des circuits économiques locaux avec des formes de gouvernance démocratique. Mutualisées, leurs démarches approfondissent les conditions favorables à la mobilisation des citoyens dans des dynamiques sociales, économiques et politiques plus collectives afin de promouvoir une approche territoriale et solidaire d'un développement soutenable.
Si la candidature est retenue, elle créera une opportunité de réintroduire et valoriser les acquis du programme Grundvig. La moitié des 24 organisations associées à ce Projet Citoyen entrent en relation avec la Plateforme-réseau des P’actes Européens pour une première fois, introduisant de nouveaux thèmes d’expertises (monnaies sociales complémentaires, politiques publiques, médias citoyens), de nouveaux pays (Angleterre, Grèce, Espagne, Suisse) Et un espace de débat citoyen ouvert aux chercheurs pour un Atelier consacré à la « Construction des savoirs dans la transition ».
La rencontre finale de restitution se déroulera au Parlement européen.

Problèmes / obstacles éventuels q rencontrés dans la mise en œuvre du Partenariat et comment ces difficultés ont-elles été résolues

Le déroulement du projet PACTES a suivi le programme tel que défini dans la candidature.

Des facteurs externes sont intervenus:
• Le non financement de l’organisme portugais qui portait la thématique du budget participatif : Le Conseil d’administration des P’actes Européens a décidé de financer la présence de Priscila Soares, qui avait activement contribué à la candidature à 4 des 7 rencontres transnationales du projet.

• L’absence du partenaire d’Irlande à la première rencontre. Sur liste d’attente, il n’a connu la réponse qu’en décembre 2012. Il a rejoint le cycle en janvier 2013, en accueillant la seconde rencontre du projet.

• La décision de la direction d'Objectif Plein Emploi, partenaire luxembourgeois du projet, de fermer son Centre de ressources en avril 2013, accompagnée de 80 licenciements, l’a conduit à résilier la convention Grundtvig. Le voyage prévu en mars 2014 n’aura pas lieu. C'est un vrai dommag collectif d'abord pour les concernés, car l'utilité sociale des missions qu'ils remplissaient n'est pas à démontrer.

• La décision de résilier la convention de l’organisation Sesterzo/PLIP en juin 2013 nous a surpris et nous le regrettons.Cette décision suite à ses difficultés internes de trouver des partenaires italiens disponibles pour participer aux Voyages européens. Les ressources humaines de Sesterzo/PLIP sont actuellement totalement investies dans la construction du projet lui-même. De fait, 2 personnes en tout (sur 24 mobilités) avaient pu participer au programme, avant cette décision de résiliation.
C’est un dommage collectif pour le partenariat et pour la mutualisation européenne des outils et méthodes qui ne bénéficiera pas de l'experte de participants italiens à la fin du cycle de Voyages Apprenants.

• Le programme se poursuivra néanmoins à 4 pays : Allemagne, France, Irlande, UK-Ecosse.

Gros plan sur le partenariat en France


Description des mobilités (lieu, dates, objectifs, résultats)

3-5 octobre 2012 France Chef-Boutonne? (Région Poitou-Charentes), 3 jours.
Thème : La mutualisation des entreprises pour la création d’activités : l’exemple des Groupements d’employeurs.
Le choix de la Région Poitou-Charentes? pour accueillir le premier Voyage Apprenant du Cycle Grundtvig s’inscrit dans une continuité. Le CRGE a déjà accueilli le lancement du premier cycle en décembre 2007 pour préparer la 4ème Rencontre du RIPESS en Europe (LUX’09, avril 2009 au Luxembourg).
La solidité de son ancrage et la formalisation des apprentissages ont déjà permis son essaimage européen des Groupements d’Employeurs. C’est donc une base solide pour lancer le cycle Grundtvig
Ce Voyage Apprenant, ne donne pas lieu au comptage des participants français au regard des mobilités financées par le programme Grundtvig. Neanmoins des membres français des P’actes Européens ont été invités à y participer, en adossant l’Asemblée générale annuelle au calendrier de la rencontre transnationale

Organisations associées, membres français du réseau P’actes Européens présentes:
ADEPES (Agence de développement et de promotion de l'économie solidaire en Midi-Pyrénées)
BASE Sud Audois (Bureau pour l’Action Solidaire dans l’Espace Sud-Audois) Languedoc-Roussillon?
CRGE (Centre Ressources des Groupements d’Employeurs) en Région Poitou-Charentes?
MCM(Maison de la Citoyenneté mondiale) Région Alsace: Organisation qui accueille le Voyage Apprenant.
UNADEL (Union Nationale des Acteurs et Structures du Développement Local) Réseau national, représenté par un membre de la Communauté Urbaine d’Alençon Région Pays de Loire


28-30 janvier 2013 Irlande, Cloughjordan, (Région North Tipperary), Irlande, 3 jours.
Thème : Education environnementale, économie solidaire : l’exemple de l’Ecovillage.

Total: 5 mobilités dont 2 coordination et 3 apprenants : Priorité donnée à de jeunes adultes
En Master ESS avec un stage en cours à l’Ecohameau d’Ungersheim (invité à la demande de la MCM)
Guillaume Bonne: La multiplicité des projets donne une dynamique. Concernant l’emploi, après avoir vu le projet de Fab-Lab?, quelque chose a changé dans la façon d’aborder le sujet : c’est l’activité, la réponse concrète, une nouvelle révolution individuelle, avec des instruments, des moyens. C’est ça qui l’a marqué.

Promotrice d’un café associatif La Ruche dans la Sarthe en phase de développement des activités (invitée à la demande du représentant de l’UNADEL)
''Amélie Demonchy : C’est une première. Ce qui l’a le plus marquée, c’est la rencontre avec nous ; les projets de chacun. C’est là que l’on vit la communauté, en direct, dans le sens où nous voulons aller. Venue avec sa propre expérience en France, elle a découvert la Ferme. Les solutions se cherchent. Les échanges individuels autour d’une table sur les projets avec We create ouvrent des possibilités d’aller plus loin et de réaliser.

Responsable de l’Association MINGA animateur de “Jardinature” jardins collectifs à Poitiers (invité à la demande du CRGE)
''Samuel Bonneau salue le dialogue, le respect : vous écoutez, vous entendez. Le dialogue s’est installé et c’est important. Il faut être ouvert et apprenant, pas seulement liés par les moyens financiers placés ensemble. La ferme, c’est super intéressant. Reste la transformation pour la vente
On pourrait aller plus loin, échanger sur les projets de chacun.''


7-9 avril 2013 Italie, Sesterzo/PLIP, Mestre (Région Vénétie), 3 jours
Thème : circuits courts entre producteurs et consommateurs: l’exemple des Groupements d’Achats Solidaires

Total : 6 Mobilités dont 1 coordination et 4 aprrenants : Priorité donnée à des apprenants occupant des fonctions de responsabilité pour intaller un dialogue entre professionnels expérimentés et envisager ensemble quels objectifs communes pour des stratégies dans la tansition, dans les 18 mois à venir du partenariat Grundtvig:

Directrice de l’ADEPES (membre du réseau)
''Cindy JeanBlanc: propose d'utiliser l’AG du RIPESS Europe qui se tiendra à Lille le 5 et 6 juillet pour faire état de nos travaux.

Directice de l’association 4D et du Collectif Rio+20 (invitée par l''es P’actes Européens qui sont eux-mêmes membres du Collectif RIO+20 pour mieux se connaître en partageant une activité concrète du réseau)
V''aia Thuuia : Ce qui est important pour nous dans la transition : c’est plus d’humain que de théorie ; c’est introduire la transversale DD; c’est à compléter de nos expériences pour en tirer le bénéfice pour les gens, pour l’emploi, etc.
''
Directrice du CRGE (membre du réseau)
Cyrielle Berger : ce lieu est une vitrine , avec un potentiel très grand pour une économie nouvelle. Il manque à la PLIP de se rendre plus visible

Responsable du SOL Violette (invitée des P’actes Européens pour amorcer un rapprochement sur une nouvelle théma-tique et un partenariat dans le Projet Citoyen européen)
''Andrea Caro Gomez : Communiquer, simplifier, s’adresser à tous, avec des exemples de chaque pays: quelle participation concrète, quels processus; qeuls aller-retour action/réflexion. Un texte validé par chaque organisation partenaire dans son pays.
''
Responsable Insertion par l’activité économique,Ecohameau d’Ungensheim à la MCM (invité à la demande de celle-ci)
Thomas Dreyfus : Apprendre à faire simple pour changer et avancer ensemble sur le “comment faire?”