Chargement...
 

Le blog des P'actes

L'actualité des P'actes en forme chronologique.
Publié par Martine le 2014-06-18
Meeting with the mayor, Jean-Claude? Mensch

The central concept of the transition movement is resilience. It’s about the ability to react to crises and be autonomous. He himself has a global outlook. We have a consciousness that is open to the outside world, it is not about turning inwards, it is intellectual autonomy. He is immune to advertising messages and the politically correct. He is for fostering freedom of expression, opening up windows, thinking for yourself. We started talking about diversification then conversion. But the mining area is in transition: this means moving towards an alternative form of economy.
Ungersheim has undertaken 21 actions that deserve to be shared and extended. They were formalized during the “seeds in your plate” week with the goal of promoting broad awareness among the local population and drawing up a resilience plan.


Four fundamental principles
1. We cannot avoid the need to live using much less energy. It is better to be prepared rather than be taken by surprise.
2. The places where we live and our communities lack the necessary resilience to survive the major energy shocks that will go hand in hand with peak oil.


3. We need to act collectively and act now.


4. By unleashing the collective intelligence of the people around us to anticipate and prepare creatively for our energy reduction, we can build life styles that are more interlinked and more enriching and that recognize our planet’s biological limits.

Action that reflects Alsace’s history and culture : He has a very militant family background: his father was a trade unionist at the mine, his mother a member of the Union des Femmes Françaises.Union of French Women. He was immersed in this culture at school and with the JOC Christian working class youth, with Marxist and Leninist leanings. The Alsace context also needs to be taken into account: it is home to several nationalities, with enclaves disputed between France and Germany since 1690! The French Revolution in 1790 made strong efforts to eradicate the local language. Alsace was handed over to Germany after the French defeat in 1870 until 1914-1918. Young Alsatians served in the German army. After 1918, Alsatian children were humiliated at school. When France was invaded in 1940, 50,000 people were displaced and male inhabitants of Alsace and Moselle called up to serve under the German flag. Strasbourg was liberated by workers’ councils, priests, soldiers from the Alsatian German army and the Soviets. When the French entered Strasbourg, the red flag was flying!
There was a great deal of suffering. His generation was forbidden from speaking Alsatian at school, so they became inward looking. In this context, the image that symbolized the local worthy was the metallurgist, paternalistic and middle-class. The potassic basin was red, but there were no left-wing elected representatives. In 1989, he was the first miner’s representative to be elected as mayor.

“We have not raised taxes since 2005” : Everything was built on local history. The coalfield was cleared a thousand years ago for the energy it provided. It was sown with food-producing crops, then became a centre for mining potash present in the subsoil over 11 hectares. It became a wasteland, and is now being rehabilitated to provide food. It is story that goes back a long way, and he learned as he went, drawing on a desire for food self-sufficiency and a climate plan in 2006. When he arrived in power, the school and swimming pool accounted for major expenditure on electricity. He switched to solar power, resulting in savings of €80,000 for the commune budget!
“Then we wanted to create a farming belt around the village. Not in theory, in practice. Too much land is taken over by roads and supermarkets. We noticed that very little local production was used to feed local inhabitants. Even though we own the land. We took over the farming lease for our land. The price of the lease corresponded to the price of the land. It was granted free of charge to a work integration social enterprise to develop organic farming. We constantly work towards the goal of establishing a “seeds in your plate” process. It is gradually taking shape: it already supplies school meals and is set to create at least 50 jobs. We are exploring the feasibility of setting up a cannery, malting plant and cooperative grocery based on crop rotation: vegetables, barley and wheat.

“We have changed scale!” : Our investments have a better focus, with the farm horse, purchase of the farming lease and a kitchen costing €750,000 including tax. We build partnerships based on shared intelligence and with companies and citizens on an equal footing. The model is built to last. Being innovative is still misunderstood. As an elected representative, you know you can be ousted at any time, and the commune gets very little aid, barely 5% of the budget. The kitchen will remain with the association, serving children. Productive investments don’t cost the commune anything, create work integration jobs and train commune staff. The commune’s technical services are very keen and are good at managing energy savings, as long as it is during their working hours. They are very interested in the percentage of energy savings made.

Taking action to “take care of the territory” : A SCOT territorial cohesion plan was launched with the ecologists, who gave it a boost. The PLU zoning confirms to the SCOT. We negotiated our entry into the Mulhouse greater urban area, which generated new ideas and brought us a Climate Plan organizer, but relations remain distant. He follows his own path: in 2008, he engaged in very little consultation on a project for an eco-museum with 500 bungalows over 30 ha. It would have been a bottomless pit for the commune. The town council unanimously refused to sell the land. The project was shelved.

The MCM has close ties with Ungersheim, which provided eight hectares of communal land for organic market gardening using work integration and basket delivery, similarly to the Jardins de Cocagne. 350 to 400 baskets have been delivered a week to individuals, creating an extra 25 jobs. The commune has already created a total of 250 jobs. Its ecohamlet project will provide accommodation for 10 households, including eight that are part of the transition approach and open to the outside. The mayor has just launched a local currency: the radish. That’s the challenge! The European project, Interreg, that the MCM and Ungersheim commune collaborated on has not been selected.

Citizen participation and commitment
Similarly, Patrick Boase said that communes in Scotland want to do the same thing but do not have the budget. Only an independent association can take action.
Bruce Darrell, an inhabitant of Cloughjordan, an ecovillage in Ireland, said that in his context, people from the outside drive the process. They are aware of conveying radical ideas. They have adopted a gradual approach to avoid raising fears. He asked Jean-Claude? Mensch what they do to win people over.

The mayor develops actions, which are accepted or rejected, but never adopting a radical approach. A project has to be shared with elected representatives and civil society before being implemented. He proceeds in stages. For market gardening, both citizens and elected representatives do the growing. Which means they have appropriated the project: beautiful potatoes, harvesting, eating together, are all joyful activities. Different people have to be found depending on the project. A team of volunteers formed around the project to build a farm at Kohlacker (a former pithead).

A blog follows the project’s different stages.
http://ungersheim.blogspot.fr(external link)

There is a lack of indicators to assess involvement: there are never more than 100 people (out of 1,600 inhabitants) at the theme-based meetings. But the local community say they are proud of a vision that prepares for the future, their children’s future. Which does not prevent his power being eroded. In three mandates, he has dropped from 65% to 58% then 53% votes in his favour.

And although it has proved possible, Jean-Claude? Mensch finds that the process of change is slow, very slow, as they are already up against the wall!


Publié par Martine le 2014-06-18
Rencontre avec le maire, Jean-Claude? Mensch dans le cadre du 5ème Voyage Apprenant du Cycle Grundtvig en décembre 2013

Le concept central du mouvement en transition est la résilience : C’est la capacité à réagir aux crises et à être autonome. Lui-même pense global. Nos consciences sont ouvertes sur l’extérieur, ce n’est pas un repli sur soi, c’est une autonomie intellectuelle. Il est hermétique aux messages publicitaires et au politiquement correct. Il est pour libérer l’expression, ouvrir les fenêtres, penser par soi-même. Ici, on a d’abord parlé de diversification, puis de conversion. Mais le bassin minier est en transition : cela signifie : aller vers une autre forme d’économie.
Ungersheim a engagé 21 actions demandant à être partagées, étoffées. Elles ont été officialisées durant la semaine "de la graine à l'assiette" dans la perspective d’une large sensibilisation de la population et de l’élaboration d’un plan de résilience.

4 principes de base :
1. Nous ne pourrons éviter de vivre en consommant beaucoup moins d’énergie. Il vaut mieux s’y préparer que d’être pris par surprise
2. Nos lieux de vie et nos communautés manquent de la résilience nécessaire pour survivre aux importants chocs énergétiques qui accompagneront le pic pétrolier


3. Nous devons agir collectivement et nous devons agir maintenant


4. En déchaînant le génie collectif de nos proches pour concevoir en avance et avec créativité notre descente énergétique, nous pouvons construire des modes de vie plus reliés, plus enrichissants et qui reconnaissent les limites biologiques de notre planète.

Un engagement inscrit dans l’histoire et la culture de l’Alsace Son milieu familial était déjà très engagé, son père syndicaliste à la mine, sa mère à l’Union des Femmes Françaises. Il a baigné dans ce milieu, à l’école, à la JOC, avec un penchant pour Marx et Lénine. Il faut aussi tenir compte du contexte alsacien : plusieurs nationalités avec des enclaves disputées entre la France et l’Allemagne, depuis la fin du Saint Empire germanique en 1690 ! La Révolution française en 1790 a tout fait pour éradiquer la langue. L’Alsace? a été cédée à l’Allemagne après la défaite française de 1870 jusqu’en 1914-1918. Les jeunes Alsaciens servaient dans l’armée allemande. Après 1918, les enfants alsaciens ont été humiliés à l’école. Quand la France a été envahie en 1940, 50 000 personnes ont été déplacées et les hommes, Alsaciens et Mosellans, appelés sous les drapeaux allemands. Strasbourg a été libérée par des conseils ouvriers, des prêtres, des soldats de l’armée allemande alsaciens et des Soviets. Quand les Français sont entrés dans Strasbourg, c’est le drapeau rouge qui flottait !
Ce sont beaucoup de souffrances. Sa génération était interdite de parler alsacien à l’école. Elle s’est repliée sur elle-même. Ici, l’image du notable, c’est le métal- lurgiste, paternaliste et bourgeois. Le bassin potassique était rouge, mais n’avait pas d’élus de gauche. En 1989, il est le premier délégué mineur élu maire.

Nous n’augmentons plus les impôts depuis 2005 Tout s’est construit sur la base de l’histoire locale. Le champ du charbonnier a été défriché il y a mille ans pour l’énergie qu’il apportait. Il a été ensemencé pour nourrir, puis une base d’exploitation industrielle
de la potasse issue du sous-sol de 11 ha. Devenu friche sociale, il est en réhabilitation pour nourrir. C’est une longue histoire dans laquelle il a appris en marchant, à partir d’une intention d’auto-suffisance alimentaire et d’un plan climat en 2006. Quand il est arrivé au pouvoir, le groupe scolaire et la piscine constituaient une dépense d’électricité importante. Il est passé au solaire. Soit 80 000€ d’économies sur le budget communal !
Puis, nous avons voulu faire une ceinture agricole autour du village. Pas dans le discours, mais comme application. Trop de terres sont capturées par les routes et les grandes surfaces. On a constaté que très peu des productions locales servaient à l’alimentation des habitants. Or, nous sommes propriétaires des terres. Nous avons racheté le bail agricole de notre propriété. Le prix du bail correspondait au prix du terrain. Il a été donné gratuitement à une entreprise d’insertion pour développer le maraîchage bio. On poursuit sans s’arrêter dans une perspective de filière « de la graine à l’assiette ». Ça se met en place tout doucement, approvisionne la restauration scolaire, créera au moins 50 emplois. Nous explorons la faisabilité d’une conserverie, d’une malterie et d’une épicerie en coopératives dans la rotation des assolements : légumes, orge, blé.

On a changé d’échelle ! Nos investissements sont mieux centrés avec le cheval de travail, la reprise du bail agricole, une cuisine 750000€ TTC. Les partenariats sont construits sur une intelligence commune et des entreprises, avec les citoyens, d’égal à égal. Le modèle est conçu pour durer. Être innovant reste incompris, en tant qu’élu on est sur un siège éjectable et la commune est très peu aidée, à peine 5% du budget. La cuisine restera à l’association au service des enfants. Les investissements productifs ne coûtent plus rien à la commune, créent de l’emploi d’insertion, forment le personnel communal. Les services techniques sont très demandeurs et maîtrisent bien la gestion des économies d’énergie, pourvu que cela tienne dans leur temps de travail. Ils y sont intéressés par un pourcentage des économies d’énergies réalisées.

Agir pour le « ménagement du territoire »
Un SCOT a été initié avec des écologistes qui ont donné des impulsions. Le PLU est conforme au SCOT. On a négocié notre entrée dans l’Agglomération de Mulhouse, ce qui a apporté des idées, un animateur du Plan Climat, mais les relations restent distantes. Il suit son cap : en 2008, il est très peu consulté sur un projet d’écomusée avec 500 bungalows sur 30 ha. Un gouffre pour la commune. Le Conseil municipal a refusé à l’unanimité la vente du terrain. Le projet a été mis au placard.

Participation et engagement des citoyens

La MCM est en étroite relation avec la commune d’Ungersheim qui a mis à disposition 8 hectares communaux pour un maraîchage bio en insertion et livraison de paniers, dans l’esprit des Jardins de Cocagne. 350 à 400 paniers sont livrés par semaine à des particuliers, ce qui a créé 25 emplois de plus. La commune en a déjà créé 250 en tout. Son projet d’écohameau prévoit le logement de 10 foyers dont 8 se situent dans l’option de la transition et sont ouverts sur l’extérieur. La mairie vient de lancer une monnaie locale : le radis. Tel est le pari ! Le projet européen Interreg auquel la MCM et la commune Ungersheim étaient associés n’a pas été retenu.

Echanges:
Patrick Boase dit qu’en Ecosse des communes veulent faire pareil mais n’ont pas de budget. Seule une association indépendante peut agir.
Bruce Darrell, habitant de Cloughjordan, écovillage en Irlande, dit que dans son contexte des personnes venues de l’extérieur sont le moteur de la dynamique. Ils sont conscients de porter des idées radicales. Ils ont adopté une approche graduelle pour ne pas faire peur. Comment faites-vous pour rallier?
Le maire développe des actions, acceptées ou pas, mais jamais dans une approche radicale. Un projet doit être partagé avec les élus et la société civile avant de le mettre en œuvre. Il procède par étape. Pour le maraîchage, citoyens et élus cultivent. Ils se sont donc appropriés le projet, les belles patates, la récolte, manger ensemble, c’est une joie. Il faut trouver des personnes différentes selon les projets. Une équipe de bénévoles s’est constituée autour du projet d'édification d'une ferme au lieu-dit Kohlacker (ancien carreau minier).

Un blog retrace les étapes des travaux.
http://ungersheim.blogspot.fr(external link)

Il manque d’indicateurs pour apprécier l’implication : Jamais plus de 100 personnes (sur 1600 habitants) aux réunions thématiques. Mais la population se dit fière d’une vision qui prépare le futur, l’avenir de leurs enfants. ça ne l’empêche pas de subir l’érosion du pouvoir. En 3 mandats, il est passé de 65% à 58% puis 53 % votes favorables.

Et si la démonstration est faite que c’est possible, il trouve l’évolution lente, très lente, bien trop lente, car on est déjà dans le mur!


Publié par Martine le 2013-10-30

Fondation, le 20 septembre 2013 à Genève d’un Groupe de travail inter-institutions des Nations Unies sur l’Economie Sociale et Solidaire.


Sa création est le résultat concret de la Conférence « Potentiel et limites de l'Economie Sociale et Solidaire », qui s'est tenue en mai 2013, organisée par l'UNRISD (United Nations Research Institute for Social Development).
Ce nouveau partenariat vise à aider les pays, à mobiliser la volonté politique et à renforcer l'élan vers l'intégration de la question de l'ESS dans les cadres politiques nationaux et internationaux. Lors de cette conférence, chercheurs, décideurs et acteurs de la société civile ont discuté comment l’ESS peut contribuer au développement local, à la sécurité alimentaire, l'égalité des sexes, la protection de l'environnement et à l'approvisionnement des soins de santé.
Les organismes des Nations Unies réunis (UNRISD, FAO, OIT, PNUD et ONU- LGN) se sont mis d’accord sur la nécessité de sensibiliser et de visibiliser l’ESS au sein des Nations Unies, notant que l'attention qui lui est portée a tendance à être fragmentée et qu’elle n'a pas correspondu à l'intérêt croissant que l’ESS a obtenu parmi les autres secteurs de la communauté de développement.

Définition de l’UNRISD : « L'économie sociale et solidaire» -ou ESS- se réfère à des organisations qui ont des objectifs économiques, sociaux et environnementaux souvent explicites et comportent diverses formes de coopération et de solidarité. Il s'agit notamment des coopératives, des groupes de femmes d'auto-assistance, des entreprises sociales ou communautaires, des réseaux de commerce équitable et des associations de travailleurs de l'économie informelle. Globalement, ces formes alternatives de production, de finance et de consommation se développent en réponse à des crises sociales, économiques et environnementales et dans des contextes de vulnérabilité. Reconnaissant le potentiel de développement de l'ESS, de nombreux gouvernements et organismes régionaux réagissent avec des initiatives visant à créer un environnement favorable aux entreprises et organisations de l'ESS.
L’ESS est la production de marchandises et services par des organisations et des entreprises avec :
1. Des objectifs sociaux et environnementaux explicites (besoins essentiels à la base, services de soin, emploi des chômeurs, sécurité alimentaire)
2. Des relations coopératives et associative entre les membres et de la communauté
3. Une direction autogérée démocratique
4. Des valeurs de solidarité et de buen vivir. ».

Alors que l'ONU examine les contours de l'agenda de développement post -2015, et étant donné la recherche de voies complémentaires pour le développement qui favorisent simultanément le dynamisme économique, la protection sociale, l'environnement et l'autonomisation socio-politique, il est clair qu’il est important de donner plus d'attention coordonnée au potentiel de l'ESS dans le système des Nations Unies, a expliqué Mme Wenyan Yang (chef, aspects sociaux du développement, Division des politiques sociales et du développement, ONU-DAES). « La DAES est activement engagée dans le processus et tente, chaque fois que c'est possible et pertinent, de mettre en évidence le rôle des coopératives et des petites entreprises comme contribution au développement socio-économique. Nous encourageons cette idée non pas comme un concept théorique, mais comme une étape pratique très concrète et comme un ensemble de mesures politiques ».

Objectifs et activités du Groupe de travail (Task Force)
Lors de la réunion fondatrice de septembre, les coordonnateurs (UNRISD, OIT, PNUD Bureau Représentation Genève et SLNG) ont été rejoint par des représentants de la FAO, le TDR ( Programme spécial de recherche et de formation sur les maladies tropicales), l'ONUSIDA, l'ONU- DAES, l'UNESCO, le PNUE, l'ONUDI, ONU Femmes, le PAM et l'OMS.

« Lors d'une réunion à la fois productive et inspirée, les participants ont convenu des objectifs, rôles et activités de la Task Force. Dans la poursuite de son objectif d'aider les pays, mobiliser la volonté politique et de renforcer l'élan vers l'intégration de la question de l'ESS dans les cadres politiques nationaux et internationaux , les membres procéderont à des activités de collaboration qui visent à :
• améliorer la reconnaissance des entreprises et des organisations de l’ESS ;
• promouvoir la connaissance sur l'ESS et consolider les réseaux d'ESS ;
• soutenir la création d'un environnement institutionnel et politique favorable à l’ESS ;
•assurer la coordination des efforts internationaux, renforcer et établir des partenariats.
Les travaux de la Task Force tiendront compte des priorités et des circonstances nationales, en consultation avec les partenaires nationaux ».


2. La Rencontre du RIPESS a réuni 653 participants de 31 pays.


Discours d’ouverture
La 5ème Rencontre a été ouverte par M. Jun Simon, président du Comité national d'organisation. L'allocution de bienvenue a été prononcée par le Dr Alfredo Pascual, Président de l'Université des Philippines. Salutations relayées par M. Pierre Calame (vidéo), président de la Fondation Charles Léopold Mayer.
La première session plénière intitulée « Vue d'ensemble de l’ESS " a été ouverte par M. Michael Lewis, directeur général du Centre Canadien de Renouveau Communautaire. Les ressources de la planète sont implacablement consommées au-delà de leurs limites. Le cadre actuel de développement mondial est contrôlé par la « Sainte-Trinité-des? libres » , le marché, le libre échange et la libre circulation des capitaux. Il est urgent de changer le point de vue de l'économie de croissance pour penser l’économie de la terre. Le monde devrait concentrer ses priorités sur la fourniture des besoins de base comme la nourriture, l'énergie et le logement, en étant conscient de vivre dans ses limites. Il a proposé que les gens reprennent le contrôle des ressources financières et récupèrent la Chambre des Communes. La Communauté doit prendre les devants dans la relocalisation de la propriété des biens communs. Il a ensuite présenté des expériences notables dans lesquelles des organisations locales suivent le modèle de l'économie solidaire: alimentation Seikatsu Clubs ou Teikei au Japon ; énergie fossile carburant libre en Suède ; logement et Community Land Trust à Vancouver au Canada.

Paul Singer, secrétaire à l'économie solidaire du Brésil, a déclaré que la société traditionnelle a commencé il y a très longtemps. L'économie solidaire n'est pas une invention moderne. Le rôle du gouvernement doit soutenir et en même temps tirer profit du processus de l'économie solidaire comme dirigé par le peuple. Le gouvernement devrait jouer un rôle de catalyseur pour des actions de solidarité à croître et à prospérer. Le chemin de l'économie solidaire est un moyen d'atteindre le bonheur. Tel est l'objectif commun entre des personnes qui vivent ensemble, en tant que communauté en harmonie, fournissant à tous ses besoins essentiels.

M. Peter Utting, directeur adjoint de l'Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (UNRISD) a indiqué que les modèles de développement traditionnels doivent changer car ils n'ont pas réussi à résoudre le problème de la dégradation de l'environnement, l'augmentation du chômage, la pauvreté dans le monde, pour ne citer que quelques problèmes globaux. La stratégie économique de solidarité est prise au sérieux par les Nations Unies comme une réponse possible aux problèmes.

Mme Nancy Neamtan, du Chantier de l' Economie Sociale Solidaire au Québec, s'exprimant au nom du RIPESS, a souligné que la cause profonde des problèmes mondiaux est le modèle économique capitaliste. Elle a cité un prix Nobel qui a dit que les ressources devraient être contrôlées par les citoyens eux-mêmes. Elle appelle les défenseurs de l'économie solidaire à relever le défi de créer un mouvement mondial qui transforme le modèle économique dominant.
Elle a mis en évidence les cinq défis définis par le RIPESS, adressés aux participants à la conférence :
1. Construire une vision commune de la solidarité économique mondiale
2. Renforcer les alliances avec les acteurs partageant les mêmes idées
3. Faire réseau et apprendre les uns des autres et changer l'échelle des solutions
4. Établir une communication constante avec le public et entre les parties prenantes
5. Influencer le débat international et la politique.

3.Le Forum des dirigeants de l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est)


La rencontre qui s’est tenue dans le même temps a été l’occasion pour les praticiens de l’économie sociale solidaire et les organisations intermédiaires d’évaluer les progrès depuis la stratégie définie à Kuala Lumpur (2011) et de mobiliser les décideurs de plusieurs pays d'Asie du Sud-Est?. Les autorités politiques des Philippines de haut niveau, dont le secrétaire d'État à la protection sociale et au développement, le chef de la majorité au Sénat, et le maire de Quezon City ont apporté leur soutien au RIPESS et à l'ASEAN en reconnaissant la nécessité d'alternatives de développement et le rôle crucial de l'ESS dans l'élaboration d'une société plus juste et équitable.
La conférence RIPESS a été l'occasion pour Ben Quinones, Coordonnateur exécutif du RIPESS et président du Conseil de l'Economie Solidaire asiatique de présenter sa vision du développement des petites entreprises aux Philippines. Il a appelé à la création et à la consolidation de « zones d'écosystème ESS » et présenté une proposition de loi parlementaire qui s'appuie sur la définition de l'ESS utilisée par l'UNRISD, pour que sept millions d'hectares de terres publiques soient attribuées à 750 zones de ce type. « Si les sociétés transnationales et les investisseurs étrangers peuvent profiter des avantages de zones franches d'exportation qui simplifient leur environnement réglementaire et fournissent diverses incitations, pourquoi l’ESS ne profiterait-elle pas d’avantages similaires dans des zones privilégiées pour des activités ESS compatibles entre elles ? ».

La 5° réunion du RIPESS, depuis 1997, a marqué des progrès notables dans la construction des pratiques et des réseaux de l'ESS dans les six régions du monde où le RIPESS est organisé.
Bien que les données systématiques soient encore en nombre insuffisant, certains progrès ont été réalisés dans la cartographie de l’ESS et la compréhension du rôle que les gouvernements peuvent jouer pour l’encourager. La réunion a porté une attention particulière à des questions cruciales telles que les politiques publiques et le droit, la gouvernance responsable de l'ESS, le renforcement non seulement des organisations et entreprises individuelles, mais aussi une approche territoriale de l’ESS. Reflétant la forte participation des étudiants à la conférence, une grande attention a été portée à la façon dont l’ESS peut s'engager au bénéfice de la capacitation des jeunes. L'importance de voir l’ESS dans une perspective de genre pour qu’elle devienne plus visible dans la pratique de l’ESS, l'apprentissage, le plaidoyer et la politique a été pleinement approuvée par la conférence.
Un large consensus souligne l'importance de la croissance inclusive, la solidarité, la coopération et le développement communautaire comme une alternative aux approches néolibérales et aux modèles économiques centrés sur l'intérêt, la maximisation du profit et la consommation.
Les participants se sont félicités de l’initiative récente de 14 organismes des Nations Unies de mettre en place un groupe de travail inter-institutions sur l’ESS. Ils ont appelé la nouvelle structure à continuer le travail commencé cette année par l’UNRISD et l’OIT et à organiser une conférence annuelle sur l’ESS. Ils ont en outre recommandé que le Groupe de travail s’ouvre à la participation de la société civile. Les délégués ont exhorté le Secrétaire général Ban Ki-moon et les démarches de haut niveau associées à l’agenda post-2015 de tenir compte des recommandations qui ont émergé lors de la récente consultation de la société civile, organisé par UN-NGLS, pour permettre à la voix de l’ESS d’être entendue dans le processus de conception des futurs objectifs de développement durable.

Le point de vue de Peter Utting directeur adjoint de l'UNRISD
« Des différences significatives dans les perspectives sur SSE étaient évidentes tout au long des quatre jours. L'Asie du Sud-Est? mise sur la croissance inclusive via le développement des micro et petites entreprises. L'Amérique latine met l'accent sur l'importance de l'action collective, l'autogestion démocratique et le besoin d'un changement systémique profond. Les vues ont également divergé sur la centralité et la performance des coopératives. J'ai suggéré que, tout comme il existe des variétés de capitalisme, de même y a t-il des variétés d’ESS, chacune avec ses propres forces, ses faiblesses et ses défis.
L'apprentissage de l’ESS doit aller au-delà de l'accent sur les meilleures pratiques. Une meilleure compréhension des multiples tensions qui peuvent surgir dans une ESS en expansion est crucial pour qu’elle réalise son potentiel comme une voie plus inclusive et durable de développement. Alors que les gouvernements s'intéressent davantage à l’ESS, l'analyse critique des relations entre l’ESS et les Etats est également essentielle. Il faut en effet veiller à ce que le programme ESS ne soit pas considéré de façon restrictive comme un instrument de réduction de la pauvreté et de protection sociale. En effet, le potentiel de l'ESS se rapporte également à l'impératif de justice distributive et d’environnement. Une relecture de l’acronyme du RIPESS pourrait indiquer six éléments de base d'un tel programme de transformation : Résilience, Intégration, Émancipation Politique, Émancipation Économique, Redistribution des Surplus, Solidarité ».

Compte-rendu établi à partir de documents produits en anglais, résumés et traduits en français
Voir documents sources en anglais
• sur le site du RIPESS
http://www.ripess.org/ripess-demande-a-l’onu-de-promouvoir-l’economie-sociale-et-solidaire/(external link)
• sur le site de l’UNRISD pour le compte-rendu produit en anglais par Peter Utting
http://www.unrisd.org/80256B3C005BE6B5/search/681633A22D65C366C1257C0C0034B2FD?OpenDocument(external link)

Publié par Martine le 2013-07-23
July 21, 2013: Opening of a internet forum to prepare Theme 2: Experiences of the ESS in the territories to the 5th Meeting of the Intercontinental RIPESS in Manila, Philippines (14-18 October 2013)

The four-yearly meeting is a vitally important moment that enables us to update our analyses in a world that is increasingly harsh and interdependent, and to take stock of how far we have come.
At the Forum LUX’09, the P’acts organised a transverse Workshop: “Democratic Participation and anchoring the Solidarity Economy at Territorial Level”. The Territoriality was, for the first time, recognised as a working theme in its own right at the 5th RIPESS meeting. This simple fact is a very significant advance in itself. It provides that, beyond the specializations, the concrete transverse approach is a major dimension towards the organization of solidarity of a sustainable territorial development.

Invitation to take part
In this Forum we work on the basis that we are all, to varying degrees, participants and practitioners in a new economy rooted within a particular territorial context, but experiencing and sharing common challenges and values.
Organisation team : European Pact, mandated by RIPESS Europe; Canadian Community Economic Development Network, mandated by RIPESS North America. A request has been made to the other continents to designate organisations to join the organisation team.

The Forum will be open from July to late September. Contributions can be made in three languages: English, Spanish or French. The debate will be organised so as to reintroduce another lesson learned from Lux’09: using concrete initiatives with their territorial and contextual framework and applying the same three actions: illustrate/debate/propose. It will consist of three two-week phases when the issues will be tackled. A summary will be produced in three languages and circulated at the end of each phase. The final summary of the work undertaken will be submitted to participants for validation then posted on the RIPESS website as a collective contribution to the “Theme no. 2: SSE initiatives in the territories” Workshop before the 5th meeting, Manila’13.

The organisation team proposes to animate an interactive exchange between the 3 languages of communications. We will respond and make a synthesis, in the 3 languages, after each phase. Our collaboration with Françoise Wautiez from www.socioeco.org(external link), the resource website for the social and solidarity economy, will enable contributions and results to be tracked, promoted and distributed.

Objectives of the web forum in the run-up to Manila’13 make a collective contribution to the global vision based on the territorial approach to transition strategies; introduce the Workshop 17th October; contribute to the decisions that will be taken the next day, as called for in the program to commitments, actions and specific and concrete goals for 2014 2017


To participate
http://www.ripess.org/manila2013-en/debates/?lang=en(external link)
More informations :
1- From Lux’09 to Manila’13
2- Objectives and schedule of the Forum
in this site See: Manila'13
Publié par Martine le 2013-07-23
21 juillet 2013 : Ouverture du Forum internet Thème 2 : Les expériences de l’ESS dans les territoires pour préparer la 5° Rencontre Intercontinentale du RIPESS à Manille aux Philippines (14-18 octobre 2013)

Cette rencontre aux quatre ans est un moment très important
pour actualiser les diagnostics dans un monde toujours plus dur et interdépendant, et pour mesurer un chemin parcouru.
Au Forum LUX’09 en 2009, les P’actes animaient un atelier transversal sur : « Participation démocratique et ancrage territorial d’une économie plus solidaire ». À Manila’13 ce thème de la territorialité de l’ESS est pour une première fois un axe de travail à part entière.
Ce simple constat marque une avancée très significative. C’est reconnaître qu’au-delà des spécialités, une approche concrète et transversale est une dimension majeure de l’organisation des solidarités vers un développement territorialement durable.

Invitation à contribution :
Dans ce Forum, nous partons de l’hypothèse que nous sommes tous, à des degrés divers, acteurs et praticiens d’une nouvelle économie dans un contexte territorial singulier, mais vivant et partageant des défis et des valeurs communes.
Equipe d'animation : P’actes européens, mandatés par RIPESS Europe ; Réseau Canadien de Développement Économique Communautaire (RCDEC), mandaté par RIPESS Amérique du Nord.
Les autres continents sont invités à désigner des organisations pour rejoindre l’équipe d’animation. L’organisation du débat réintroduit les acquis de Lux’09: partir des expériences concrètes, dans leur ancrage territorial et contextuel autour du même triptyque : illustrer/ débattre/ proposer.

Le Forum est ouvert de juillet à fin septembre. Les contributions peuvent se faire en 3 langues : anglais, espagnol, français. Il comportera 3 étapes de deux semaines pour traiter les différentes questions proposées par le programme. Une synthèse sera produite en 3 langues et remise en circulation à la fin de chaque étape. La synthèse finale des travaux sera soumise à la validation des participants, mise à disposition sur le site du RIPESS et servira d’introduction à l’Atelier le 17 octobre (jour 3).
La collaboration avec Françoise Wautiez, site ressources de l’économie solidaire www.socioeco.org(external link) permettra de suivre, valoriser et diffuser contributions et résultats.

L’objectif final du processus d’organisation du Forum internet est :
- d’apporter une contribution collective à la vision globale à partir de l’approche territoriale des stratégies de transition
- d’introduire l’Atelier, le 17 octobre à Manila’13
- de contribuer aux décisions qui seront prises le lendemain, comme y appelle le programme : vers des engagements, des actions et des objectifs spécifiques et concrets pour 2014 2017.

Pour participer : http://www.ripess.org/manila2013-fr/debats/(external link)
Plus d'information : sur ce site dans la rubrique Manila'13
- 1- De LUX’09 à Manila’13 Chemin parcouru
- 2 Le calendrier et le déroulement
Avec un renvoi aux documents (téléchargeables)

Publié par Martine le 2013-07-22

Animation de l’Atelier 3 au second Congrès du RIPESS Europe à Lille du 5 au 7 juillet 2013 Apprendre les uns des autres, préparé par Martine Theveniaut et Peter Wollny.

La multiplicité et la pertinence des résultats concrets témoignent des potentiels de l’expertise des promoteurs de ces projets - notamment ceux de l’économie solidaire - dans la plupart des champs de la vie économique, culturelle et sociale.
Cependant ils restent méconnus, à la marge et manquent d’un appui approprié à leur développement à plus grande échelle. Comment surmonter cet obstacle ? Depuis 1998, les P’actes Européens ont fait le choix de partir d’échanges entre inventeurs sociaux, pour mener de façon continue et rigoureuse, une politique de la preuve par l’exemple. Ils ont ainsi ouvert un espace public d’échanges avec remise en circulation des enseignements. Depuis 2007, dans le cadre de la préparation de LUX’09, 4° rencontre du RIPESS en Europe, ils ont formalisé des enseignements avec la méthode du Voyage Apprenant. Ils en ont organisé 15 dans le cadre de 2 cycles de 18 mois chacun, en France et en Europe. Le choix de la mutualisation est *politique, car sur une voie incertaine, il faut comprendre par soi-même pour porter des propositions ensemble et réussir à changer l’échelle des solutions.

L’objectif de L’Atelier? « Apprendre les uns des autres » est de partager les expériences des participants pour réunir une collection d’exemples, d’analyses et de propositions.
Dix personnes sont présentes, venant de Catalogne, du Mali et de France, 5 hommes et 5 femmes, d’activités et d’âges variés. Le tour de table a permis de choisir 3 exemples d’un commun accord, en veillant à une diversité de situations, de pays et de contextes. Chacun est invité à suivre un même fil conducteur pour présenter son activité et en tirer des enseignements utiles pour l’action du RIPESS : À quels besoins l’expérience essaye t-elle de répondre ? Comment cela fonctionne ? Quelle est l’importance et quel est le rôle des différents partenaires ? Quels types de difficultés sont à surmonter ? Quels sont les résultats ?

Catalogne, par Joan Lluis Jornet : Dans le contexte de l’après-franquisme, des avocats veulent travailler ensemble. Ils s’organisent en coopérative pour observer la réalité et suivre l'évolution de leur environnement du côté du faible. Aujourd’hui, ils sont plus de 50 associés, en 5 groupes de travail sur les questions de santé et maladies non reconnues, sécurité sociale et droit à la retraite, droit du travail, logement, pénal-civil, économie générale et coopérativisme.
Joan n’est pas d’accord qu’il faut dissocier amour et boulot. Il faut plutôt adapter ses comportements professionnels pour pouvoir les faire cohabiter (http://www.cronda.com/)

- Mali, Idrissa Sanogo : Il a une bonne connaissance du contexte propre à son pays et souhaite aller dans le sens de l'ESS. Il vient à cet atelier pour échanger, car, même avec des valeurs similaires, les méthodes diffèrent et la situation au Mali est difficile. Dans le contexte de la décentralisation, la Région de Kayes accompagne des collectivités dans le développement local des projets, comme la création d’entreprises, le maraîchage et l’élevage portés par des femmes, ou bien l’organisation des productions en filière. Cette approche ouvre de nouveaux espaces de dialogue entre échelons. Les autorités traditionnelles des villages sont inclues pour la cohabitation des légitimités.

- France, Peter Wollny : Lassé de répondre à des appels d’offre toujours plus « étriqués », de plus en plus mal à l’aise dans leur rôle de consultants, il participe dans un cadre coopératif à la mise en place d’une Fabrique citoyenne, au croisement des tiers lieux, de l’ESS et de l’innovation sociale, dans le Sud de l’Aude, aux confins de l’Ariège. Le tiers-lieu qu’il bâtit est conçu comme un espace numérique de coworking pour surmonter les difficultés d'usage, s'approprier la technologie, former, mettre en place une coopérative d'activités avec portage salarial, apporter une aide juridique, acquérir les compétences nécessaires à son métier. Le modèle économique est en réflexion, avec une partie non monétaire. Il ouvrira en septembre (www.sapie.com/‎).

Les présentations ont été suivies d’un temps de travail collectif dans l’objectif de
- se comprendre, c’est le premier pas, et un temps incompressible pour installer des relations en confiance.
- Chacun est en recherche d’améliorer les solutions aux problèmes qu'il essaye de résoudre. Comment servir à chaque participant dans son propre contexte ?

Quelques points de vue partagés en conclusion :
Idrissa Sanogo : Les 3 exemples ont besoin d’aller à la rencontre d’autres expériences pour partager et pour étalonner.
Ibrahim Sarr, Réseau des horticulteurs de Kayès, Mali : il découvre une diversité qu’il n'imaginait pas, la complexité des informations, des situations... cela aide à plus de compréhension. Il a du mal à intégrer le coworking. Par rapport aux Calalans, ça demande une forme de résistance et du courage !
Madeleine Hersent, Mouvement de l’Economie Solidaire: Des initiatives de plus en plus complexes se multiplient. Nous restons assez faible sur la communication, sur ce qu'on fait et à quoi ça sert. La question, c'est l'ouverture pour faire connaitre et reconnaître. Il est important de faire remonter collectivement les difficultés pour une facilitation des pouvoirs publics.
Sophie Deriquehem, Master II Economie solidaire, Valenciennes retient: Audace, se lancer pour faire avancer des choses qui ne nous conviennent pas ; prise de risque; innovation mutualisée pour espérer réussir car il y a de moins en moins de moyens, en appeler à la solidarité, être accompagné et accompagnateur. C'est ça pour moi l'économie solidaire. Avec des questions: Comment fait-on pour ne pas tourner en rond ? Quoi d’autre derrière les créations d'emploi : de nouveaux projets ? de la qualité ? des coopérations ? Comment ça avance derrière : la reconnaissance juridique ? le rôle des pouvoirs publics ? Le RIPESS Europe a t’il vocation a ne rassembler que l’ESS ou bien recevoir aussi les critiques de l'extérieur venant des autres ?



Proposition de l’Atelier pour changer l'échelle des solutions dans ce processus au long cours de globalisation des solidarités : mettre les méthodes pour apprendre les uns des autres au service de la consolidation et de la qualité des relations de coopération au sein du RIPESS ...


Compte-rendu à parti des notes, prises à plusieurs sur un même espace framapad



Publié par Martine le 2013-03-23
Organiser la révolution des réseaux de l’économie solidaire et des pactes locaux
Habitants et communautés répondent déjà aux besoins essentiels et au bien-vivre ensemble : nouvelles chaînes de valeur, espaces publics d’organisation, politiques publiques. Leurs pratiques permettent d’affirmer leur contribution décisive pour la transformation du système, du local au global

Solidarity economy network revolution and local pacts
People and communities already meet basic their needs and wellbeing together: new value chains, organizational spaces and public policies. The practices allow asserting their decisive contribution to the transformation of the system, from the local to the global.


Déroulement :
½ h : Introduction,: Solidarius Italia et P’actes Européens
1h :-Discussions vers des propositions, à partir de l’expérience des invités et des participants : Mamadou Mansour Diagne, France Joubert, Jason Nardi, Soana Tortora.

½ h : Validation d’un consensus et d’une stratégie en vue de la 5° rencontre du RIPESS à Manille, octobre 2013.

Participation des réseaux de l’économie solidaire
Tout le programme
en français(external link)
en anglais(external link)


Intervention P'actes Européens(external link)

Publié par Martine le 2013-03-08
Meeting : ASEF -Social Enterprise as a vehicle for socio-economic Transformation of communities. Kuala-Lumpur? -Tuesday November 1st - 2011
Denison Jayasooria, mars 2013
Here(external link)

Résumé :
A general assessment of SE across Asia shows a picture of strong individual initiatives and some regional networks. Achievements are presently limited to empowerment of the immediate local community without much further reach or scale beyond that. However, there is tremendous potential and therefore we must build on these and scale up operations, outreach and impact. There is a clear need for greater networking and capacity building for regional institutions. The course of action is two-fold, first for individual SE actors, and second for SE networks.

Contribution of European Pacts : Territorial pacts to providingthe solidarity economy:
In the territorial approach,the local can best:
  • Reintegrating issues of how best to live together in essential fields such as food, housing, transport, work,feeling useful and connected to others.
  • Accompany the transformation of indignant motivated individuals towards an environment that will help produce change.
  • Pool the lessons learnt from theoretical and hands-on experience, the better to develop collective actions built on success, indicators, and appropriate institutional support adapted to global conditions.
How to prepare the conditions for democratic governance of social and economic affairs?
  • Joint action at different levels empowers actions, provides concrete answers and produces shared references, moving towards common principles, supra-national recommendations that set the framework for a shared social responsibility that neither multinationals not States are currently able to define or implement.
  • Fostering the development of collective skills, determination and credibility to speak to decision-makers as a political, non partisan, lobby.
  • Encouraging the evolution of conditions in public discussion and taking the future into our own hands.
The reconstruction of local economic cycles: It is possible to follow a road of prosperity built on quality development
if we are prepared to accept that the major sources of employment will, in the future, be able to meet the essential needs of daily life, in terms of quality, sustainability, solidarity and proximity. The challenge is how to restructure employement opportunities and the political will to move in this direction. Is the main potential to transform the system itself, battle against poverty and make a success of sustainable development.


Contribution Yvon Poirier : Conceptual Understanding of Solidarity Economy (p 71 - 89)
Conclusion : Over the last 20-30 years, many new activities and concepts have arisen. While this is encouraging because it shows that innovation is very active, at the same time they are quite diversified and only exist in some continents or cultural worlds. For example, the gap between existing concepts in the English-speaking world and the French, Spanish and Portuguese countries is awesome. The practices differ less, but there are very few common concepts except local development and maybe to some extent Solidarity Economy.
What is also somewhat surprising is the fact that some concepts have very different meanings (e.g. Social Economy). Here we have only explored a few concepts. Many more exist, such as moral economy, feminist economics, ecological economics, plural economy, labour economy, just to name a few. And then we would also need to have a glossary of many specific activities and concepts such as: fair trade, microcredit, microfinance, social investment, corporate social responsibility, social audit, triple bottom line, social impact, social capital, etc. We also need to understand and analyse. This is important to help people decide what processes and tools they use to have an economy, and a society, for people. For example, microcredit was presented some years ago as THE tool to lift women out of poverty. This is clearly a misconception. Microcredit can be a tool, among others such as education, community organisations, sustainable livelihoods programs and enabling environments provided by the authorities.
Conventional wisdom tells us that there are no panaceas out there, and no quick fixes. There are no simple solutions … and durable solutions take time.

Publié par Martine le 2013-03-07
L'Université de Haute Alsace envoie sur le terrain 15 étudiants en Master d'économie sociale et solidaire,déjà expérimentés et volontaires pour mieux comprendre les relations entre les parties prenantes d’une innovation socioéconomique locale reliée. Le choix de ce projet relève d’orientations pédagogiques et de recherche-action qui font partie des options fondatrices de ce Master, dont la directrice est Josiane Stoessel. La priorité est donnée aux capacités inventives et collectives par le croisement des compétences (connaissances, savoir-faire et savoir-être) conjuguée avec l’ouverture à la compréhension de la complexité d’un milieu.

Elle confie à Martine Theveniaut le choix du lieu et l'organisation de la formation, selon la méthodologie du "Voyage Apprenant" qui se définit d’abord comme une posture pour installer des relations horizontales pour comprendre et dialoguer à partir des réalités concrètes. Les regards sont croisés avec bienveillance, sans complaisance pour être constructifs. Tous sont activement contributeurs, engagés à des places distinctes, sur un même chemin de connaissance.

La rencontre s'est déroulée à Mamers, accueillie par le Café associatif « La Ruche » (Pays de la Loire)
Cette petite ville d'environ 5000 habitants, pôle économique du Saosnois, perd des industries et de la population. La fermeture de Moulinex en 1997 avec 411 emplois perdus, a porté un coup dur à la ville. Les accueillants de La Ruche ont exposé leurs problématiques et leurs activités dans leur cadre d’action et leur contexte. Le constat des promoteurs de ce lieu de vie est qu'il existe peu d’informations disponibles sur l’économie solidaire et sur son impact, peu d’offres alternatives en termes de distribution de produits bio, écologiques, éthiques, alors qu’il existe une demande en termes d’éco citoyenneté. Il n’existe pas d'association sur le territoire, impliquée dans l’animation d’un lieu de vie interactif, intergénérationnel, inter-associatif, or il y aurait besoin d’un lieu fédérateur pour les habitants et les associations. C'est ce qu'ont mis en place depuis quatre ans, Nicole Leguay et Amélie Demonchy avec beaucoup de bénévolat dans leurs partenariats. Le Café associatif mène des activités d’éducation à la parentalité, d’échanges Réciproques de Savoirs et de sensibilisation à l’environnement. Leur projet se concrétise aussi dans un groupement d’achat de produits locaux bio pour répondre à la demande de circuits courts. Une dizaine de producteurs alimentent 50 familles adhérentes.
En 2012, « La Ruche » franchit un cap, s’engage dans un projet de transition alimentaire de plus grande envergure avec la ville et organise en novembre 2012 un voyage à Todmorden, ville britannique (dans laquelle le mouvement international des « Incroyables Comestibles » a débuté en 2008) pour aller chercher les informations à la source, avec des partenaires de la ville et des élèves pour réaliser un documentaire.

La rencontre avec les étudiants intervient en janvier 2013, soit quelques semaines plus tard, à un moment où l’Association est stimulée en position de médiatrice pour la mise en œuvre d’un projet de « Ville Comestible ». Avec pour devise : Ne te demande pas ce que ta ville peut faire pour toi, mais dis-toi: "qu'est-ce que je peux faire pour ma ville ?" C’est une chance pour les étudiants, d’autant plus que le partenariat de La Ruche les associe de façon ouverte à toutes les facettes de leurs activités. C'est une opportunité pour La Ruche qui obtient, par cette marque d'intérêt extérieur et ce regard plus théorique qui lui fait défaut un appui très estimable.

Une délégation extérieure, pour une première fois composée d'étudiants, observe pour comprendre, discute pour faire retour de ses analyses et de ses propositions. Ce croisement entre enseignements issus des pratiques d'une part et approche plus théorique d'autre part, répondait aux attentes des accueillants. Les quinze étudiants de l’Université de Haute-Alsace? sont accueillis de façon très conviviale et bien préparée par La Ruche. Ils se sont véritablement constitués et organisés en délégation pour observer, questionner sous toutes les facettes « cette innovation socioéconomique locale et reliée ». Le parti pris de cette rencontre échelonnée sur cinq jours complets a été d’inviter chacun à s’exprimer depuis son « je » (singulier et subjectif) lors des entretiens, pour comprendre le comment d’un itinéraire vers une participation au « nous » du projet et quelle est la place de chacun dans ce système de relations qu’ils forment ensemble.
La progression du travail a permis de collecter une ample matière, mise en discussion par étape, dans trois sous-groupes thématiques, pour aller vers une synthèse assumée collectivement et présentée aux partenaires de La Ruche (une dizaine d'entre eux étaient présents) par la délégation avant leur départ. Un rapport collectif a formalisé le déroulement et les conclusions. Il a été adressé fin février aux accueillants pour leur usage interne et leur communication locale.

Se faire les catalyseurs d’une méthode pour apprendre est le projet pédagogique des P'actes Européens.
Leur constat est que les promoteurs d’initiatives socioéconomiques se laissent absorber par « le faire » et produisent des rapports d’activités dans les cadres définis par leurs financeurs. Leur ingénierie sociale : « le comment » ils répondent aux problèmes du quotidien - aux conditions de leur contexte économique et social, culturel et institutionnel - reste ignorée.

Les retours et l'évaluation permettent d'affirmer que les quatre composantes de cette expérience: La Ruche, les étudiants, l'Université de Haute Alsace et les P'actes Européens y ont trouvé leur compte !

Pour La Ruche:

Une visibilité accrue pour l’association vis à vis des partenaires et des habitants; mais aussi des rencontres, une ouverture, des apports théoriques, un état des lieux de l’activité et des moyens de l’association, la mise en perspective pour une stratégie de développement à moyen terme.

L’association en interne y a trouvé un regain de dynamisme et de crédibilité. Les adhérents, personnes impliquées, ont tous et toutes beaucoup apprécié ces moments de convivialité, sérieux et professionnalisme.

Nicole et Amélie y ont trouvé une aide précieuse pour faire passer des messages quant à la professionnalisation de l’association et une reconnaissance du travail effectué.

Pour les étudiants: quelques extraits

Je pense que le voyage apprenant est pertinent, utile et probablement à fort impact. Rencontrer et plonger au coeur d'une expérience qui de plus est analysée, transmise et réciproquement utile est une démarche pédagogique à laquelle j'adhère. La découverte de cette méthode aura (je l'espère) autant d'impact sur mon parcours que le contenu lui-même.

Les entretiens avec autant d’entités différentes et variées ont été très bénéfiques. Connaître l’écosystème d’une association et les difficultés qu’elle rencontre pour se développer est très enrichissant. La densité des réunions, auxquelles on a assisté, a permis un apprentissage sérieux.

La place a été laissée à une forme de dialogue informel entre membres d’un même groupe, mais aussi plus globalement entre tous. Un lien de confiance a pu s’instaurer, libérant ainsi la parole de chacun dans un cadre sécurisé (celui du non-jugement, de la bienveillance, de la communication…)

Pour Josiane Stoessel et Martine Theveniaut, l'expérience est concluante:

Le Voyage Apprenant, comme outil de construction des savoirs dans la transition est une expérience d’apprentissage qui trouve sa place dans une formation académique.

Publié par Martine le 2013-03-02
Workshop : 9-11 November 2012 : « Firenze 10+10 », ten years after the first European Social Forum

Illustrated and discussed this questions : How do the needs expressed by new, cross-cutting social actors generate significant change in public policy and the way in which it is promoted and managed? What kind of relationship can help communities and institutions move towards new forms of implementation of real democracy?

Examples and lessons learnt

What mobilisation do we need to achieve real democracy?

European P’acts experience learnt that real power is won through problem-solving actions. Based on our experience of around 50 different initiatives, a local pact was defined in 2001 as a long-term process, grounded in a functional space that provides solutions that are adapted to the specifics of local society, particularly those of a cultural nature)

How local development progresses
Activities based on the observation of peoples’ small needs: producers’ markets, exchange of experience and training between “gasisti”, the members of the Solidarity Purchasing Groups (GAS in Italian), planned sharing are some of the achievements of REES – the Italian locally-based Network for Ethical and Solidarity Markets.

Bringing together and building local social coalitions between communities of citizens who practice solidarity economy in its different forms, together with the virtuous local authorities (or simply “normal ones), and institutions ; for Solidrius its the way forward to building Local pacts and, in the same time another bottom-up Europe in a practical, efficient way.


International Newsletter on Sustainable Local Development n° 94, 1st December 2012(external link)

Page: 1/2
12